Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 13:25

418873_275344749198362_100001685163263_752378_1717285871_n-.jpg

 

 

Christine Dalbergue                                                                                   21 Décembre 2011

 

 

Monsieur le Premier ministre,                                     

 

Maman d'un enfant autiste âgé de 13 ans, votre annonce sur l'Autisme Grande Cause Nationale fait renaître l'espoir en moi dans le combat quotidien que je mène pour mon fils.

 

Après avoir été accusée à tord de maltraitances sur mon enfant en 2005 (accusations fondées uniquement sur ses troubles du comportement par une enseignante), avoir été obligée de le remettre à son père, violent notoire, par la justice de notre pays alors que les preuves de mon innocence et de l'autisme de mon fils étaient dans le dossier des Juges, ma vie a explosé.

 

Ma santé, ma vie sociale et professionnelle se sont détériorées au point que je me suis retrouvée dans la rue, hospitalisée, en fauteuil roulant (car les disques intervertébraux de mon dos se sont détruits), avec un cancer et son lourd traitement.

 

Suite à cette injustice, pendant trois ans, et malgré de multiples signalements effectués auprès des services de la protection infantile, mon fils a été véritablement maltraité cette fois par son père, le Juge des Enfants n'est pas intervenu, le Conseil Général a conclu que je manipulerais mon enfant tout en reconnaissant quelques bizarreries à son endroit pour justifier un constat incompétent mais n'entendant ni son autisme et le besoin urgent de le retirer de la situation destructrice qu'il subissait.

 

Finalement, mon fils, à 10 ans, tentera de se suicider pour ne pas retourner chez son père. Après l'avoir sauvé de sa tentative d'étouffement avec un foulard, nous avons eu la chance de rencontrer un jeune agent de la brigade des mineurs du commissariat de Toulouse qui nous a enfin pris au sérieux.

 

A partir de là, nous avons découvert avec ma nouvelle avocate que les services de la protection infantile et la justice avaient connaissance des maltraitances que subissait mon fils, de nos appels à l'un et à l'autre dans le dossier du juge des enfants, ainsi que des signalements faits par l'éducation nationale pendant deux ans... En vain.

 

Après, j'ai du prendre mon fils à charge toute seule pendant trois ans à mon domicile face à l'absence de moyens eu égard à l'autisme, gérer ses stress post traumatique et ses apprentissages. Je le mènerai jusqu'en 5ème avec un 15 de moyenne et trouverai seule, les ressources, le traitement et le médecin qui le débarrasseront de ses stress post traumatique suite aux multiples violences imposées.

 

Aujourd'hui, mon fils a échoué dans un hôpital de jour (moins de 3H semaine) où j'ai du lutter âprement pour qu'on ne lui administre pas la camisole chimique (seule solution proposée !)

Mon fils est également dans un ITEP, Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (8H par semaine) n'a qu'une heure trente d'apprentissage par semaine... Tout notre travail à domicile se détériore, je dois faire le huitième recours auprès de la Maison départementale des personnes handicapées, parce que l' AEEH,Allocation d'éducation pour enfant handicapé, que l'on me donne n'est toujours pas au bon taux de tierce personne, je ne peux aller travailler, je dois quémander le bon taux de l'AEEH ... Je suis épuisée, de plus en plus désespérée de devoir me battre autant pour si peu et si seule.

 

Quels moyens concrets peut m'apporter votre reconnaissance " Autisme Grande Cause Nationale" pour ce qui concerne la prise en charge de mon fils ?

 

J'ai besoin qu'on m'aide un peu pour reprendre du poil de la bête dans l'accompagnement quotidien de mon fils, je vous serais très reconnaissante de bien vouloir m'indiquer quelles démarches et quels contacts je peux entreprendre dans ma localité ou ailleurs afin de faire évoluer concrètement notre situation vers un avenir un peu plus envisageable et moins angoissant pour nous deux.

 

Je vous remercie d'avoir prêter attention à ma demande d'aide, et vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l'assurance de ma parfaite considération.

 

Christine DALBERGUE

 

PS : Je tiens à votre disposition tous les éléments de preuves de ce que je raconte ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vanessa 25/05/2015 16:53

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet, que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?
Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.
La formation est livrée avec 600 000 ebooks et 7 vidéos.
Voici le lien: http://revenumensuel.com/

dupas 11/07/2013 19:49

Je viens de lire l'article et mon fils a 11 ans, tout ce que j'ai a dire c'est MERCI

Christine DALBERGUE 20/02/2013 15:18

Toulouse, le 20/02/2013.
Bonjour !

Voici la conclusion heureuse de l'épreuve expliquée ici le 21 décembre 2011 :

Quitte à avoir du vivre cette épreuve absurde et destructrice qui ne pourra certes s'oublier un jour, la faire connaître également dans sa fin heureuse me semble juste.

Mon fils et moi même allons très bien à présent. Nous sommes heureux, harmonieux.

Mon fils évolue de façon extraordinaire ! J'en suis très heureuse et fière.
Il récupère des années de déscolarisation en s'adaptant à un grand nombre de nouveautés en un temps record et avec une belle énergie malgré les nombreuses difficultés qu'il ne manque pas de
rencontrer... Je trouve épatant de voir cet adulte en devenir ( il vient d'avoir 15 ans ) assumer autant et si bien toutes ses nouvelles fonctions et responsabilités !
Je connais bien des adultes qui n'y parviennent pas !

Toutes les chances d'un avenir dit « ordinaire » se présentent enfin à lui, ses nouveaux amis « ordinaires » ( qui ne savent pas son parcours car mon fils ne veut pas avoir à
gérer les pré jugés et les situations absurdes et parfois abjectes qu'il a subit par le passé ) lui montrent le chemin.

Mes champs d'actions sont enfin libérés pour retrouver la vie active, riche et passionnante que je menais avant cette épreuve. Je suis enfin activement en pleine recherche d'emploi... Que du
bonheur... Enfin les soucis ordinaires de mes contemporains... Payer des impôts, bénéficier des dispositifs de défiscalisation, partir en vacances et capitaliser pour la retraite me sont enfin
accessibles !

Les menaces, mensonges, manipulations et paresses institutionnalisées rencontrées ont été rudes, conflictuelles et auraient pu nous réduire à n'être que des dégâts collatéraux d'un système
institutionnalisé dysfonctionnant mais nous n'avons rien lâché, ni personne.

Quoiqu'il soit arrivé et quoi qu'on essaie de nous faire croire ou faire, nous ne cédons pas à la facilité ambiante qui consiste à envoyer dans un cul de basse fosse les personnes avec des
handicaps ( physiques, mentaux ou sociaux ) à plus de handicaps et d'exclusions par des non handicapés physiques, mentaux ou sociaux.

Mon fils a encore ramené un 19 sur 20 hier.
« -  Encore ! ! Mais quand vas tu cesser de ramener de si bonnes notes espèce d'éffronté ! ! Les professionnels médico sociaux éducatifs et judiciaires ont pourtant
expliqué que cela n'était pas pour toi ! » lui dis je à chaque fois qu'il rapporte une très bonne note à la maison.

Nous rions ensemble de ce passé destructeur à présent.
C'est vrai ! Ce qui ne tue pas rend plus fort.

Mon fils ne va plus en Institut Spécialisé où les enfants sont occupés jusqu'à la veille de leur 17 ans ( plus d'accès à l'argent de leurs droits à la Sécurité Sociale à 17 ans révolu... ) sans que
des pratiques réelles et sérieuses d’intégration ne leur soient proposées... C'est toujours et encore tout le contraire. Toujours pas d'instruction scolaire mais des activités de loisirs, très
majoritairement.

"Mais,Madame, il va falloir que vous acceptiez une bonne fois pour toute que votre fils n'aura jamais accès à une vie ordinaire et qu'il n'ai pas comme les autres", "Mais Madame, votre fils NE PEUT
PAS faire ce que vous proposez concrètement pour lui", «  Mais Madame, vous confondez votre intérêt et celui de votre fils », « Mais Madame, si vous ne donnez pas les camisoles
chimiques nous ferons placer votre fils en famille d'accueil », etc., dixit les professionnels qui nous entouraient et qui voulaient en faire un légume placé...

Mon fils s'est fait élire délégué de classe et porte les revendications des élèves de son collège et des élèves en situation de handicaps auprès du Conseil Régional.
Il a fallut qu'il se batte pour avoir accès à l'élection car les adultes non handicapés de son collège avaient décidé à sa place qu'il ne serait pas capable d'assumer cette fonction, pour ne
prendre qu'un seul exemple d'illustration de son quotidien actuel.

Combien le chemin avec les non handicapés physiques, mentaux ou sociaux reste jonché de pré jugés, de facilités, d'exclusions, de paresses... Et, il faut bien le dire, de mauvaise foi et
d'individualismes. Comme si cela pouvaient les mettre à l'abri de cette situation un jour !

A vous, parents, qui menez le combat contre l'exclusion des « mis à part » dans cette société tellement normées et où plus rien de « normal » n'existe vraiment, je souhaite de
tout cœur que vos situations et celles de vos enfants « différents » avancent positivement, que la loi du 11 février 2005, les bonnes pratiques et les bons délais, soient respectées, et
surtout vos enfants, sources de notre avenir... A tous.

Heureusement, nos enfants nous donnent tellement de joies et de forces pour faire face à l'exclusion qu'on leur impose !

J'espère que notre histoire, à moi même et à mon fils, sera, au moins, un phare pour ceux et celles qui perdent parfois espoir dans ce lourd et douloureux parcours du combattant qu'est celui de
l'intégration des personnes porteuse de handicaps dans notre société en retard mental sur la question depuis des décennies et eu égard à tous nos voisins européens qui ont su se remettre en
cause.

En ces temps de mauvaises nouvelles martelées quotidiennement par bon nombre de médias sur bons nombre de supports technologiques dans une société qui détient le record mondial de consommateurs
d'antidépresseurs et qui se plaint sur grands écrans malgré les nombreuses possibilités de réussites que nous avons pour faire face à la concurrence mondiale, cela ne fera de mal à personne de
relativiser un peu, peut être, je l'espère tout du moins !

Les événements, même les plus tragiques, tant qu'ils ne réduisent pas à la mort certaine, restent sources de bien des richesses que nous ne soupçonnions pas avant d'avoir à vaincre les freins pour
jouir ensuite des nouveautés. Une force tranquille et positive, indéniable, s'en dégage.
Les essentiels qui en résultent éclairent tellement mieux les chemins des possibles et des réalités que cela permet d'affronter plus pertinemment et plus sereinement tous les changements.

Merci de m'avoir lu, soutenu, entendu, depuis ce blog ou ailleurs sur le net.

Merci pour tous ces beaux moments de partage. Mes soutiens se reconnaîtront !

Bien chaleureusement,

Christine DALBERGUE

plasseraud 06/12/2012 21:46

BRAVO!!MAMAN D UN ENFANT DE 12 ANS QUI AS SUBI DES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES ET SEXUELLES, JE SUIS COMME VOUS, COMPLETEMENT CREVEE DU NON RESPECT DES ENFANTS!! LE 113 A QUOI CA SERT?!!! JE SUIS
ANEANTIS PAR CE QUE JE VIS ET TOUT CE QU ON ME DIT

Tristan Saintin 14/03/2016 02:51

Bonjour a toutes et a tous , je suis tristan , le fils de christine dalbergue , je voulais juste vous repercier de vos commentaire constructif et positif , ma mère à beaucoup aprécié votre aide et votre soutien lors des diffèrent trouble lors de notre vie , elle est hélas décédé d'un cancer généraliser en fin 2014 , je regarde les message qu'elle a posté pour me souvenir , et pour allez de l'avant , vue que en raison de certain evénement , j'ai besoind d'aller de l'avant en scrutant le passé

Tristan Saintin 14/03/2016 02:51

Bonjour a toutes et a tous , je suis tristan , le fils de christine dalbergue , je voulais juste vous repercier de vos commentaire constructif et positif , ma mère à beaucoup aprécié votre aide et votre soutien lors des diffèrent trouble lors de notre vie , elle est hélas décédé d'un cancer généraliser en fin 2014 , je regarde les message qu'elle a posté pour me souvenir , et pour allez de l'avant , vue que en raison de certain evénement , j'ai besoind d'aller de l'avant en scrutant le passé

Tristan Saintin 14/03/2016 02:51

Bonjour a toutes et a tous , je suis tristan , le fils de christine dalbergue , je voulais juste vous repercier de vos commentaire constructif et positif , ma mère à beaucoup aprécié votre aide et votre soutien lors des diffèrent trouble lors de notre vie , elle est hélas décédé d'un cancer généraliser en fin 2014 , je regarde les message qu'elle a posté pour me souvenir , et pour allez de l'avant , vue que en raison de certain evénement , j'ai besoind d'aller de l'avant en scrutant le passé

Présentation

  • : autisme
  • autisme
  • : Vue générale de l'autisme en France, témoignages.
  • Contact

Profil

  • mag2
  • Autre blog :
http://blogs.lexpress.fr/the-autist/
  • Autre blog : http://blogs.lexpress.fr/the-autist/

Humour