Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 11:32

  Gunilla Gerland, a swedish author with autism, has created a page on Facebook to support us

Translation of an article posted on the famous daily newspaper "Libération" ( similar to "The times" ) 

05 November 2011

 

Disorders in mental illness

 

Medication, diagnosis… A practitioner denounces abuses in psychiatry on the other side of the Atlantic.

 

OCD, ADHD, PDD (obsessive-compulsive disorders, attention deficit hyperactivity disorder, Pervasive Developmental Disorders)... This is how the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders(DSM) understands the human psyche. Whereas a fifth version of this book is to be published in the United-States in 2012, Professor Maurice Corcos, a French psychiatrist and psychoanalyst, gives in Man according to DSM an alert on the dangers of this system in which a “psy-machine” label the patients. A salutary reading, even though its inventory of current abuses in psychiatry on the  other side of the Atlanticsends chills down your spine.

 

Denying the importance of the transgenerational, socio-cultural and individual history of the subject, the DSM does not take into account subjectivity. Its “hatred of the fluid” (Bergson) makes it unable to understand the moving essence of the psyche and reifies it, which results in many therapeutic disasters. The DSM sees in problems of adolescents the seeds of schizophrenia or bipolar disorders, eligible for an early preventive therapy with serious side-effects that confines the subject in a morbid logic. This is a real boon for some. If the DSM “experts” prove themselves unable to provide a deeper understanding of the subject, however they are “willing and able to team up with pharmaceutical laboratories on financial grounds”, Prof. Corcos denounces: to expand the spectrum of mental disorders (354 disorders have been “discovered” between 1987 and 1994) to benefit from an even more lucrative business market.

 

The ideology that underlies the DSM system is pervaded by “economism”, by “hegemonic universalism” and by individualism, dedicated to an ideal of performance and adaptation that privileges the exclusion of “losers”, the author explains. Reduced to a mere attitude, if not a mere automatism, man is downgraded to the level of an animal, and soon will be dragged down to the level of a robot. However, at a time when market economy faces a deep crisis, the author finds a reason to believe : “What if this stock exchange of human values would collapse?”

 

 

 

 

 

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 09:32

 Gunilla Gerland, a swedish author with autism, has created a page on Facebook to support us

Translation of the article posted by the daily newspaper "La voix du Nord" , on the 16 November 2011

 

A French film about psychoanalytic approach of autism turns to legal battle

 

A step which is too rare to remain unnoticed

 

On one hand, Sophie Robert, a filmmaker living in Lille, who describes herself as a “psychoanalysis anthropologist”. On the other hand, renowned, internationally-recognized psychoanalysts, acknowledged by their peers. And in the middle, a documentary dedicated to the psychoanalytic therapy of autism.

 

On the DVD, you can read: “Sophie Robert did a large survey among thirty paediatricians-psychoanalysts. Some of them are the greatest French specialists of autism. The documentary demonstrates, by the absurd statements made by the interviewees facing the camera, how inefficient psychoanalytic care of autism is. ““In France, psychoanalysts are forty years behind on the rest of the world in treatment of autism,” the filmmaker states.

 

They’re opposed to cognitive-behavioural techniques.” She highlights: “I filmed them while they were expressing their points of view. It’s so shocking. It damages their image. Three of the thirty experts interviewed by Sophie Robert feel they have been tricked by her and ask for a ban on the documentary. A judge of the Lille Regional Court has already granted them the recordings disposition authority. Yesterday, Sophie Robert and her lawyer, Benoît Titran, counterattack. They asked the Court to cancel this “ex parte” order. The aim, inter alia, is to “protect journalistic sources, M. Titran argues. “Some people who have been interviewed in what will be a series of documentaries wish to remain anonymous. They don’t want to be recognized.”

 

A sabotage job

 

There is no question ever of retrieving all the images”, M. Charrière-Bournazel, the psychoanalysts’ lawyer, answers. One of them had been interviewed for three hours, another for two hours and the last one, for an hour. Their statements have been distorted, and made incomprehensible. Questions have been added later just before my clients’ declarations. “He therefore wants to compare the six hour raw material with the 52 minute documentary that has already been released last week in the “Univers” movie theatre in Lille. So the question of the confidentiality of journalistic sources is not to be taken into account in what the lawyer regards as a “sabotage job meant to create a controversial work.”One has the right to regard psychoanalysis as an absurdity, he says. But here, it’s all about ridiculing my clients.” The decision will be rendered on November, 29. Another action has been launched to have the film banned.

 

 

 

 

 

Repost 0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:21

Gunilla Gerland, a swedish author with autism, has created a page on Facebook to support us

Carole Contaut, a french mom, translated an article posted in 2007 on the website " psychomédia "

 

 Autism in France: psychoanalysis is denounced by ethics committee. 

 

 

Prof. Didier Sicard, President of the French Comité Consultatif National d'Ethique (CCNE), has reported the conclusions of the working group on the situation of the 350000 to 600000 people, adults and children, affected by autistic syndromes in France.

The Committee had been seized in July, 2005 by a number of family associations, who were strongly protesting against current conceptions about care for children and adult people with autism, and against the absence of teaching support for children and teenagers.

“As opposed to many other countries, particularly Anglo-Saxon and Northern European countries, France is currently experiencing a huge deficit in this respect,” the report says.

“Children and adult people with autistic syndromes and their families are still nowadays the victims of diagnostic wavering which leads to frequent late diagnosis, huge problems accessing early and specialised educational support, the shortages of places in structures adapted to them, the impossibilities for families to choose their children’s caring procedures, a lack of family support and a lack of support, care and social inclusion of adult and old people affected by this disability in France.

France has been condemned by the Council of Europe in 2004 for not meeting its obligations to provide autistic a child with education, but it still has not resulted in any significant change in the educational care provided to these children,” the report mentions.

Since the law of February 11th, 2005, their school enrolment has become compulsory. “But it’s often a fictitious scholarship, which is often reduced to a mere registering,” the Committee criticizes.

The report highlights particularly the harm resulting by the (still regrettably prevalent) psychoanalytic approach in this cause.

“The tragedy of autism is a particularly painful example of the consequences which theories may have on the causes of a disability or illness in terms of human suffering and respect for a person’s dignity. The psychoanalytic theories on autism – psychodynamic theories such as the “empty fortress” theory (1) – as they were suggested in the 1950’to explain and describe the autistic child’s inner-world, have led to questioning the parents’ behaviours, and particularly the mothers’, described as “refrigerator mothers”, “”deadly mothers”, in the development of this disability.

Since the 1980’, the international classification of autistic syndromes as “Pervasive Development Disorders” (PDD) has led to the abandon of psychodynamic theories on autism and the notion of “autistic psychosis” in almost all countries in the world, apart from France some Latin-American countries. (...)”

This old and marked opposition between the essentially psychoanalytic-oriented notions and approaches shared by a large number of psychiatrists, and the pressing demand of all families associations to have access to the therapeutic and educational approaches that have been developed worldwide, is gradually but still too slowly replaced by interesting forms of participations of psychoanalysts in multidisciplinary support and care procedures, based on educational approaches that have been recommended by international guidelines – let’s hope this change will develop in the future.

Right now families are facing a lack of choice and 2 to 4-year-old waiting lists.

Therapists in France are more likely to propose internment solutions,” Prof. Jean Claude Ameisen, rapporteur of this opinion, sums up. “Yet, ethical and human solutions are not more expensive, as the example of Sweden has shown”, in which big centres for autistic people have been closed and replaced by smaller, more human, structures.

The report also highlights the importance of supporting the person with autism throughout his life. “A child affected with autistic syndrome will become a teenager, then an adult, then an ageing person. These developments must not lead to an abandonment of the person and caring, education, housing, social and professional inclusion have to be adapted to the different age periods.”

 


(1) Bruno Bettelheim. The Empty Fortress : Infantile Autism and the Birth of the Self. Free Press, 1967

 

Repost 0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:50

 Gunilla Gerland, a swedish author with autism, has created a page on Facebook to support us

Carole Contaud, a french mom, translated the french article posted in the press-online called "Médiapart" , on November 10, 2011

 

Autism : psychoanalysts’ wall stands against documentary denouncing their dogmatism


Sophie Robert most certainly did not expect her documentary “The Wall”... to be wholeheartedly acclaimed by the congregation of French psychoanalysts. Nor, however, did we expect them to go as far as to strive to have it banned...

 

So the 52-minute film deals with a specific feature of psychology in France – under the powerful influence of Freudian and Lacanian psychoanalytic theories – to support against all odds the idea that autism is a psychological disease related to psychosis, when the rest of the world diagnose “human social development disorders” due to neurological problems.

 

Throughout the documentary, our very prominent interviewed child psychiatrists / psychoanalysts explain in long sequences that the problem of autism comes from... the mother! A mother that is either too cold or too warm, either depressive or possessive (jealous of Man’s penis, she finds in her child a penis substitute), incestuous and abusive mother, dragon mother, crocodile mother, mother who defeated the father’s sacred mission to “cut the cord” and intervene in the mother-child relationship with the almighty power of his penis (symbolized by the law... even if a Bic pen will do just as well).

 

The basis for these affirmations rests on the intuition of several psychoanalysis’ Great Minds (Freud of course, Bettelheim, Lacan...), many psychoanalytic courses of treatment... but on no experimentation, nor even the least statistic nor result checking to support their theories.

 

There are consequences to their theories. Deeply convinced that their cause is just, with poses of Resistants to the Anglo-Saxon invader and his cognitive-behavioural theories (which they compare to animal training), here they are now separating children with autism from their parents, disagree with their socialisation and school education, blame the parents and instil the idea of potential parental, and particularly motherly, maltreatment.

 

As for their relation to science (biology, neurology, etc.), it’s just staggering and is no more but mere magical thinking! One can hardly believe its ears when hearing them getting bogged down into meaningless explanations on how the mother biologically rejects the father’s genetic part in the foetus, the mother’s biological double negation, the paternal role of the placenta and so on. These men and women provide care in psychiatric hospitals in France, and yet their level of knowledge in human biology is basically very, very poor.

 

Let me pass on this so-called-psychiatrist’s unacceptable statement, according to which father-daughter incest causes much less damage (“at worst, it makes girls dumb”, she says) than mother-son incest (it causes psychosis).

 

Eventually, these statements depict implicitly a wrong, negative and retrograde, almost biblical notion of womanhood: jealous, evil, “nature-oriented” and inevitably guilty! Whereas Manhood is depicted as powerful and responsible for culture transmission (as opposed to the mother’s state of nature, of course), for the respect of the law, for separating the baby from his mother (those potentially baby-devouring creatures) and bringing him up to make him a real human.

 

Now, make your own judgement!

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 14:53

souscription-photo.jpg

 

 

1 -Aller sur ce lien

https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/314954_289855084378483_287971621233496_956184_1583081354_n.jpg

2- Imprimer la photo ( aggrandir avec loupe )

3- Remplir le formulaire qui est sur la photo

4- Redigez un chèque à l'odre de "Océan Invisible Productions"

5- Envoyer le cheque ET la photo à l'adresse "OCEAN INVISIBLE PRODUCTIONS - 2 Place aux Bleuets, 59000 Lille "

 

 

 

 

 

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 09:20

J'ai trouvé par hasard sur internet cette information :

 

Une conférence sur la neuro-psychanalyse sera organisé dans l’enceinte de l'Hôpital Necker Enfants Malades le 12 MARS 2012 à 18H30.

Sujet de la conférence:

"Synchronie, réciprocité et mamanais dans les interactions père-mère-bébé à devenir autistique, à travers l'étude des films familiaux".

 

J'ai eu envie de relayer cette information, et d'écrire un article, me servant de ce qu'a écrit Olivier Bousquet sur la neuropsychanalyse - merci Olivier !

 

Quelle est la fonction de la neuropsychanalyse ?

 

Les psychanalystes se sont trompés sur leur interprétation des comportements des personnes autistes.

Les avancées scientifiques contredisent ces interprétations, et les discrédite donc.

Les psychanalystes, si ils avaient fait preuve de compétence, auraient pu admettre que leur interprétation était erronée.

 

Mais cela aurait eu comme conséquence pour eux la perte de leur clientèle autiste : en effet  la psychanalyse ne figure dans aucune recommandation nationale ou internationale...

 

Donc ceux ci ont eu l'idée, pour pouvoir continuer à exercer dans l'autisme, de tenir compte des découvertes scientifiques pour leur interprétation. C'est à dire que ils partent des découvertes et qu'ils les détourne pour servir leur interprétations, qui elles n'ont pas changé depuis les années 1950.

Ce nouveau concept - s'approprier les découvertes sur le plan neurologique, génétique, en vue de servir leurs interprétations des années 1950 - a été baptisé "neuropsychanalyse"

 

Conclusion: La neuropsychanalyse est un nouveau concept qui permet aux psychanalystes de faire croire aux professionnels qu'ils sont dans le coup

 

Quel est le public visé par ce courant ?

 

- Séduire les professionnels qui doutent encore. Démarche très habile. Nous trouvons une situation équivalente dans l’exercice illégal de la médecine où des personnes plaquent une théorie sur une spécialité médicale reconnue. Ici la Neurologie sert de faire valoir. Ce type de démarche s'érige de facto en autorité scientifique acquise apriori. Elle va pourtant à contre courant de tout consensus

 

- Séduire ( ou calmer ! ) les parents 

 

par exemple, Bernard Golse écrit que "  Il ne faut pas confondre un psychanalyste d’autrefois et ceux qui, comme moi, consacrons beaucoup d’énergie à construire des ponts entre les neurosciences et la psychopathologie.

Parents et professionnels ne pourront jamais aider les enfants autistes s’ils fonctionnent avec des clivages"

 

J'ai juste envie de lui répondre, voyant ce que ses pairs ont dit en 2011 dans le documentaire "le mur"  que si les interprétations de la neuropsychanalyse sont identiques aux interprétations de la psychanalyse, quel est l'intérêt d'inventer un nouveau concept ? Si les conséquences seront les mêmes, à quoi bon ?

 

 

Retour au sujet abordé lors de cette conférence

 

Un bébé à devenir autistique...cela veut il dire qu'un bébé ne naît pas autiste, mais le devient ?

On va parler des relations parents-bébé, de la façon dont la maman parle à son bébé ( le "mamanais").

 

De là il n'y a qu'un pas pour penser que dans cette conférence, on veut démontrer que la nature de la relation parents-bébé a une conséquence sur le devenir autistique du bébé.

 

Est ce une interprétation exagérée de ma part ? J'aimerais bien y aller pour voir si j'ai raison ou pas, peut être que les deux n'ont rien à voir !

  

Conclusion

 

Cette conférence informe en public avec des fonds publics et forme des professionnels soignant des usagers.

Ces caractéristiques s'apparentent à celles d'une activité sectaire qui se complète par un vocabulaire et les concepts employés intelligibles par les seuls initiés et s'achève par des conséquences délétères avérées sur les enfants avec autisme et leur famille.

 

 

Repost 0
Published by groda et ptitsa - dans psychanalyse et film "le mur"
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 12:52
Dans le film  " Le mur - psychanalyse à l'épreuve de l'autisme" , voila ce que l'on peut entendre des psychanalystes interviewés : " La femme est du coté de la nature, elle a un coté animal. Tandis que l'homme est celui qui a fondé la culture" - de Aldo Naouri
 
Esthela Solano dit  que " l'homme a une fonction symbolique, c'est lui qui permet l'accès au langage" ; et que " si l'enfant ne parle pas c'est que l'homme n'arrive pas à s'interposer entre l'enfant et la mère "  - de Geneviève Loison
 
Et la mère quelle est sa fonction ? " La mère, c'est la loi du caprice" poursuit Esthela Solano, psychanalyste
 
En tout cas ça ne les dérange pas de labeliser les femmes et les hommes, tout en se vantant de  leur façon de faire au cas par cas
 
Donc pour résumer:  
 
 La femme = capricieuse et animale 
 L'homme = celui qui a fondé la culture, qui guide l'enfant ( ça aussi c'est dit dans le film - Esthela Solano )
 
Personnellement cela me rappelle le discours des islamistes
 
  • Pour en revenir au coté sauvage de la femme..les atrocités commises régulièrement par les êtres humains ( génocides etc ) sont perpetrés par des hommes non ?  

 

" oui mais c'est par ce que les hommes sont sous l'emprise des femmes" justifie hors caméra un des psychanalystes.
   Donc conclusion : la barabarie des hommes est la faute des femmes.
 
J'aimerais bien savoir si les membres des associations féministes partagent cette vision....
 
 
  • Et l'inceste alors, comment il se justifie lui ? Ce sont plutot des hommes qui violent leur progéniture, pas des femmes..

 

A ce sujet, Jacquelines Schaeffer, psychanalyste, affirme  que " L'inceste paternel ça fait pas tellement de dégats, ça rend juste les filles un peu débiles, alors que l'inceste maternel rend les garçons psychotiques".
Sous entendu...ce n'est pas grave de violer sa fille messieurs, elle s'en sortira....
 
Au fait pouquoi il y a plus d'incestes paternels que d'incestes maternels ?
Aldo Naouri donne la réponse, affirmant que "l'attitude maternelle à l'endroit des enfants est une attitude d'essence incestueuse, spontanément", expliquant ainsi que "elle n'a pas besoin de passer à l'acte"  
Par ce que les hommes en ont besoin ? Cela veut il dire que les hommes, qui n'ont pas cette attitude incestueuse integrée, doivent passer à l'acte pour montrer leur amour ? Serait ce une manière de justifier le fait qu' un père viole sa fille ?
 
J'aimerais bien savoir si les membres des associations d'enfants victimes d'incestes  partagent cette vision....
 
 
  • Au sujet des pères d'enfant autistes, voila ce que dit Geneviève Loison :

 

"Il n'a pas la fonction d'être aimé, considéré dans sa parole" ou bien "Il n'existe pas, la mère nie son existence, il n'y a que elle et l'enfant qui compte ! Il n'existe que dans la violence, ou il est violent lui même [..] pour pouvoir exister"
Cela veut il dire que un homme qui frappe sa femme, c'est compréhensible, car cela lui permet d' exister ?
 
J'aimerais bien savoir si les membres des associations de femmes battues partagent cette vision....
 
 
  • La psychanalyse interprète des faits, puis essaye de nous faire croire que cette interprétation est un fait réel .

 

 
Malheureusement en France cet essai est transformé....
Un exemple ?

observation des comportements d'un enfant autiste ( réalité ) = sa mère l' a plongé dans un traumatisme : il s'est réfugié dans un monde à lui, pour échapper au désir de mort de sa mère ( interprétation de cette réalité )
Et delà les conséquences, reelles, qui suivent : un gachis d'êtres humains...qui continue aujourd'hui en france, car la majeure partie des "pros" en charge des enfants pensent encore comme cela. Ils ne le disent pas ouvertement bien sur, car les assocs leur tombent dessus et aussi le conseil de l'Europe ( qui a d'ailleurs condamné la france en 2004 pour maltraitance sur les autistes )
 
Ainsi, les pros continuent à écrire des livres en disant que l'autisme c'est une psychose : les français les croient - ce sont des "pros", ils doivent bien savoir de quoi ils parlent non ?
 
J'aimerais bien savoir si les membres des associations de personnes autistes partagent cette vision.... 
 
Ah non : ça je le sais déjà !
 
   
Repost 0
Published by groda et ptitsa - dans psychanalyse et film "le mur"
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:02
Comuniqué de Sophie Robert, realisatrice du film "le mur"

 

http://www.autistessansfrontieres.com/lemur-site-officiel.php

 

 

Suite à la diffusion du MUR le 7 septembre dernier, AUTISTES SANS FRONTIERES et la FEGAPEI ont reçu quantité de témoignages de parents : combat pour avoir un diagnostic, nihilisme thérapeutique, absence d'information, rétention des enfants dans des structures inadaptées, refus d'informer, culpabilisation des mères, manipulations,... maltraitance psychologique et physique des personnes avec autisme et... de leur famille, etc. L'ampleur du phénomène et ses dramatiques conséquences sanitaires ont conduit Philippe Calmette, directeur général de la FEGAPEI a se demander si nous n'étions pas devant un scandale de santé publique équivalent à celui du sang contaminé ou du Mediator. Aujourd'hui, à l'initiative de la FEGAPEI et d'AUTISTES SANS FRONTIERES, trois gros cabinets d'avocats parisiens sont en train de plancher sur cette question, en vue d'engager des poursuites afin que cesse cette situation inacceptable. .

L'action en justice mentionnée est à l'étude.

 

 

A ce stade rien n'est sûr et aucune direction n'est clairement prise. C'est à prendre au conditionnel.

En revanche, il est créé une association des familles de victimes des mauvaises pratiques psychanalytiques "SOS AUTISTES MALTRAITES".

L'adhésion est gratuite

A partir de lundi 03 octobre 2011 les personnes qui le désirent pourront poster leur témoignage à

contact@sos-autistes-maltraites.fr

 

Repost 0
Published by groda et ptitsa - dans psychanalyse et film "le mur"
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 21:10

link

 

 
Un documentaire militant sur la conception psychanalytique de l'autisme


 L'association Autistes sans frontières publie un documentaire militant et poignant, Le mur, où la conception de beaucoup de pédopsychiatres et psychanalystes français sur l'autisme s'oppose à celle de nombre de scientifiques et des associations de familles.

Ce documentaire de 52 mn -sous-titré : la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme- est projeté mercredi soir à Paris, alors même que s'achève une consultation publique ouverte en juillet par la Haute autorité de santé, qui doit mettre au point des recommandations de bonne pratique de l'accompagnement et du suivi de l'autisme.

Fondé sur des entretiens avec des psychanalystes et des rencontres de familles d'enfants autistes, il se veut une véritable démonstration par l'absurde de l'inefficacité de l'approche psychanalytique de l'autisme.

La réalisatrice Sophie Robert a rencontré une vingtaine de pédopsychiatres et psychanalystes français, pour qui il y a beaucoup à voir entre autisme et psychose. Même si certains d'entre eux ont estimé à d'autres occasions que l'autisme a des causes multiples et variables nécessitant des approches multidimensionnelles, incluant certaines techniques éducatives spécialisées.

En 2000, rappelle Autistes sans frontières, la chercheuse de l'Inserm Monica Zilbovicius a vu dans l'autisme un trouble neurologique entraînant un handicap dans l'interaction sociale, correspondant à des anomalies dans le sillon temporal supérieur du cerveau.

Pour les psychanalystes interrogés, l'autisme pourrait être la conséquence d'une dépression maternelle, d'une mauvaise relation avec l'enfant, voire d'un refus de l'apport masculin pour la conception. Certains parlent de mère psychogène, de stade de folie transitoire de la mère, voire de désir incestueux.

Que font les psychanalystes devant un enfant autiste ? J'en fais très peu, j'attends qu'il se passe quelque chose, dit l'un. J'essaie d'apprivoiser l'enfant, je me tiens en retrait, dit un autre.

En contrepoint, des familles avec enfants autistes montrent les progrès réalisés en utilisant des méthodes éducatives et comportementales. Guillaume, considéré jadis comme autiste profond, est aujourd'hui dans une école ordinaire, en 6ème, avec le seul accompagnement d'une auxiliaire de vie.
Repost 0
Published by groda et ptitsa - dans psychanalyse et film "le mur"
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 15:52


C'est possible ça?

En fait au début je voulais appeler cet article:

signez la pétition: pour un cessez-le-feu dans le conflit parents - profs

dialoguons ensemble...


Et puis j'ai changé, car j'entends tellement de fois le mot psychose....j'ai repensé au film, et voila je me sens dédoublée!

J'écris cet article suite à un changement d'emploi du temps de Julien à l'école.
Changement minime mais....

C'est à cette occasion que je me suis rendue compte de toute la difficulté de ce conflit dialogue entre les profs et les parents d'élève en difficulté*

*par ordre décroissant
présentéisme pour élève hors-norme, mauvais résultats scolaires, insolence, difficultés d'attention, absentéisme pour élève ordinaire

Psychose ou pas?

Quand on obtient ce fichu concours pour être prof 
  On rentre dans une espèce de secte, une sorte de corporatisme .
  On passe de l'autre coté....
  Un ensemble d'élève maintenant ce n'est plus 30 enfants différtents, c'est un groupe classe 

Et quand on est parent d'enfant hors-norme
On passe aussi de l'autre coté...sauf que ce n'est pas le même coté!

Conclusion
Je suis donc sur deux cotés opposés, comment gérer cela, sachant que je continue quand même à donner des cours ?


Mes pensées, en tant qu' enseignante

• Maintenant je dois me faire respecter, des élèves, mais surtout aussi des parents d'élève.
• Ce n'est pas les parents qui vont me dire ce que je dois faire, ils ne m'apprendront pas mon métier, je ne veux pas de conseils.
• Je ne peux pas me mettre au niveau de tous les élèves en même temps.
• Un élève handicapé, bah, ce n'est pas un vrai élève, il n'y a même pas de programme spécifique pour lui, pas d'évaluation.
• Un élève handicapé, maintenant on nous force à les prendre, ça n'apporte que des contraintes ( tiers-temps par exemple aux devoirs ) et aucune reconnaissance car pas d'évaluation spécifique, je n'ai même pas eu d'info officielle sur lui donc ce n'est pas un élève à qui donner de l'attention.
• Un PPS c'est fait pour que l'ensemble profs-santé puissent se retrouver pour parler de leur vécu par rapport à cet élève, et voir si on continue quand même malgré tout à le scolariser.
• Si je donne un petit peu plus pour un élève, tous les parents vont très bientot me demander de donner un petit peu plus pour leur enfant, et comme j'ai beaucoup d'élèves je n'arriverai pas à gérer, je vais me faire bouffer, envahir, et je n'aurai plus de vie privée.


Mes pensées, en tant que maman d'enfant hors-norme...

• Je vais me faire manger toute crue !
• Ils vont mettre Julien sur la touche, il est étiquetté.,et ce n'est pas l'étiquette A.O.C
• Que vont ils penser de Julien? Vont ils accepter l'information que je donne?
• Vont ils m'écouter?
• Comment vont réagir les autres parents?
• Aujourd'hui c'est le PPS, et je suis aussi Zen qu'un coureur en finale du 100m des J.O juste avant le départ....

zen!


Alors, conclusion?

Ce que je comprends, c'est que des deux cotés il y a un sentiment prédominant: c'est la peur. L'ignorance, le manque de dialogue. Je ne sais pas qui a commencé, mais dans les autres pays ce n'est pas comme ça.
  l'Education Nationale ne fait son boulot de communication comme il le faut:
"peut mieux faire" !

On a beau être ce qu'on est, quand on est dans le sytème de l'Education Nationale, on est formaté. Il faut en sortir pour comprendre, devenir parent ne suffit pas, ou alors devenir parent d'enfant hors-norme peut être ?


Repost 0
Published by groda et ptitsa
commenter cet article

Présentation

  • : autisme
  • autisme
  • : Vue générale de l'autisme en France, témoignages.
  • Contact

Profil

  • mag2
  • Autre blog :
http://blogs.lexpress.fr/the-autist/
  • Autre blog : http://blogs.lexpress.fr/the-autist/

Humour